Revue de presse web

L'association Bayti lance un appel aux dons pour venir en aide aux enfants des rues

APPEL AUX DONS - 100 dirhams pour sortir un enfant de la rue: c’est sous cette bannière que l’association Bayti a lancé mardi 4 novembre un appel aux dons, à l’occasion de son 20e vingtième anniversaire.
Objectif de cette action qui fait écho aux initiatives 100 dirhams pour étudier et 100 dirhams pour aider les victimes des inondations dans le sud ?..
"Récolter le plus de dons pour pouvoir assurer le plus longtemps possible la prise en charge de nos enfants", nous confie Amina Lmalih, directrice de l’association, qui précise que "la prise en charge d’un enfant coûte à l’association environ 2.000 dirhams par mois".

Lire la suite - www.huffpostmaghreb.com

Droit des enfants : Accord de principe pour un âge de travail à 18 ans

La politique marocaine sur les droits des enfants a fait l'objet de débats, jeudi à Genève, devant le Comité des droits de l'enfant de l'ONU.
Le travail des « petites bonnes » a occupé une place de choix dans les discussions sur les rapports présentés par le Maroc, notamment l'âge minimal légal pour travailler, fixé à 15 ans, et que l'ONU a jugé non conforme à la législation internationale.

La ministre de la Solidarité, de la famille, de la femme et du développement social, Bassima Hakkaoui, a donné son accord de principe devant le Comité des droits de l'enfant de l'ONU, réuni à Genève, pour que l'âge légal de travail domestique au Maroc ..

Lire la suite - www.aufait.ma

L'AMAC vient en aide aux enfants de Bayti

Ils sont dix jeunes, issus de la ville de Tours en France, qui ont participé à un projet solidaire, nommé «Badia», visant à animer le centre d'accueil de l'association Bayti. Ils se sont démenés pour financer leur action. Et ils ont réussi leur pari.
Derrière ce projet, l'Association des métiers de l'art et de la culture (AMAC Touraine), présidée par Yasmine El Baamrani. Coordinatrice sociale de métier et originaire de la ville de Casablanca, Yasmine avait constaté depuis toujours le manque d'activités artistiques et culturelles pour les jeunes pris en charge par Bayti..

Lire la suite - www.lematin.ma

Jeunesse en difficulté : Un projet de réinsertion professionnelle sur les rails

«Promouvoir l'employabilité des jeunes en situation de difficulté», qu'ils soient au Maroc, au Pays de Galles ou en Ecosse. Ce projet, qui devait durer 12 mois, a été relancé pour une deuxième édition à partir du 18 juin, après le succès rencontré par la première saison. Comme l'explique Martin Rose, le but est d'«impliquer les employeurs locaux» en «changeant leur attitude négative» vis-à-vis des jeunes en difficulté. Concrètement, l'association Bayti explique que les collaborateurs qui leur ont accordé leur confiance accompagnent la réinsertion professionnelle des bénéficiaires via des actions précises, comme la formation par apprentissage, l'octroi de postes saisonniers, ateliers sur les différents métiers..

Lire la suite - www.leconomiste.com

COLLEGE ANATOLE FRANCE – La fête solidaire et citoyenne a remporté un vif succès

Vendredi 30 mai dernier, s'est déroulée au collège A. France de Casablanca la 4è édition de la fête de la Solidarité et de la Citoyenneté. Organisée en vue d'aider le village de Tizi N'Oucheg dans le Haut Atlas à rénover son école, cette fête a été un véritable succès. Retour en images...
L'association de Tizi N'Oucheg Littanmia
Christian Dupin, principal du collège est très heureux de cette 4è édition qui a largement rempli ses objectifs. Alors que le collège avait récolté en 2013 la somme de 111.000 Dhs, il a réussi, grâce à son dynamisme à lever en 2014 plus de 207.000 Dhs ! ..

Lire la suite - www.lepetitjournal.com

Un million d'enfants fantômes au Maroc

Les enfants sans identité au Maroc étaient au nombre de 500.000 entre 2003 et 2009. Aujourd'hui, ils seraient un million d'enfants à vivre sans identité au Royaume, a-t-on révélé la semaine dernière, lors d'une journée organisée à Rabat sous le thème : "Le droit de l'enfant à une identité complète".
Le chiffre choc annoncé lors d'une rencontre organisée par l'Association marocaine de protection des enfants contre la criminalité, ne se limite pas à la privation d'enfants d'être inscrits aux registres de l'Etat civil, mais va jusqu'à la vente d'enfants et leur exploitation dans la prostitution ..

Lire la suite - www.bladi.net