Revue de presse web

Samed 6 OCTOBRE 2018

Rabat et Madrid négocient le rapatriement de mineurs marocains irréguliers en Espagne

Selon le ministère de l'Intérieur espagnol, le rapatriement de près de 7.700 mineurs marocains se trouvant sur le territoire espagnol de façon illégale fait actuellement l'objet de négociations entre les deux pays. Une annonce qui laisse le maire de Melilia dubitatif.

Le rapatriement de milliers de mineurs marocains irréguliers en Espagne serait actuellement au cœur de concertations entre les autorités marocaines et espagnoles. C'est ce qu'a annoncé lors d'une conférence de presse tenue le 4 octobre à Melilia, Ana Botella, la secrétaire d'État à la sécurité espagnole, a rapporté le site d'information Europa Press.
Pour rappel, le gouvernement espagnol estime le nombre de migrants de moins de 18 ans non accompagnés sur son territoire à plus de 10.000, avait déclaré début septembre auprès de l'EFE la ministre de la Santé, Carmen, Monton. 70 % d'entre eux (soit 7.700) seraient...

LIRE LA SUITE - www.telquel.ma

Samed 6 OCTOBRE 2018

Entre vide juridique et absence de sensibilisation parentale, les enfants marocains exposés aux dangers du web

Au Maroc, dans plus d'un ménage sur deux (56%) les enfants de moins de 15 ans utilisent Internet, estime l'ANRT dans son dernier rapport sur l'utilisation du digital. Pour autant, la régulation et le contrôle de l'usage du Net par les jeunes restent insuffisants, voire quasi inexistants.

L'Etat doit être le principal responsable de la protection des mineurs sur Internet ». Abderrahman Bounnaim, membre et responsable communication de l'association Bayti, qui agit en faveur de la protection des enfants sur le web, tire la sonnette d'alarme quant à l'absence d'un cadre légal renforcé et d'outils de surveillance spécialisés pour réguler l'usage du Net par les mineurs.
Selon une étude menée par Freedom House – ONG américaine qui étudie l'étendue de la démocratie dans le monde – intitulée « Freedom on the net 2017, Morocco », en 2017 le taux de pénétration d'Internet atteignait 58,13 % au Maroc (contre 42 % en 2013)...

LIRE LA SUITE - www.telquel.ma

Lundi 1 OCTOBRE 2018

Loi sur les employés de maison : le coup de gueule du collectif pour l'éradication de l'exploitation des « petites bonnes »

La loi 19-12 est une atteinte aux droits des mineurs, s'indigne le collectif dans un communiqué diffusé le 30 septembre, soit deux jours avant l'entrée en vigueur de ce texte.

« Le mardi 2 octobre 2018, entre en vigueur la Loi 19.12 fixant les conditions de travail et d’emploi des travailleuses et des travailleurs domestiques, soit plus de 27 mois après son vote par le Parlement, le 26 juillet 2016. Malgré ses insuffisances et les difficultés prévisibles de la mise en œuvre de plusieurs de ses dispositions, ce texte crée un cadre légal de régulation du travail des milliers de travailleurs domestiques vulnérables qui en étaient privés et auxquels il appartiendra de s’organiser pour défendre son strict respect et, surtout, son amélioration, en cohérence avec la Convention C189 de l’Organisation Internationale du travail (OIT) concernant le travail décent pour les travailleuses et travailleurs domestiques...

LIRE LA SUITE - www.lavieeco.com

Lundi 24 AOUT 2018

Le CESE fait rapport sur les inégalités au Maroc La lutte contre la pauvreté et la réhabilitation de l'école publique, une nécessité pour le maintien de la cohésion sociale et de la stabilité politique

Selon le ministère de la Justice, les cas de violence sexuelle contre des enfants, enregistrés à fin 2017, sont au nombre de 2.403, rapporte Al Ahdath Almaghribia dans son édition de ce vendredi 12 octobre. Ce chiffre, qui a été rapporté aux pouvoirs publics, ne reflète cependant pas la réalité. Qu'en est-il dans les coins reculés ou dans les milieux familiaux où le silence et les tabous sont la norme?
Prenant conscience de ce déficit en matière de dénonciation des violences sexuelles infligées aux enfants, la société civile est venue rappeler l'arsenal juridique prévu par le code pénal,...

LIRE LA SUITE - www.libe.ma

Mercredi 19 SEPTEMBRE 2018

Du Maroc à Paris, les vies brisées des enfants de la Goutte-d'Or

Hors de contrôle, violents et polytoxicomanes, des dizaines de mineurs sans parents vagabondent dans le nord de la capitale. Le Conseil de Paris devrait voter une rallonge pour l'association missionnée, dépassée par la situation.

Deux gamins d'une douzaine d'années marchent dans la rue, tout en se roulant un joint. Ils croisent une vieille dame voilée, qui les interpelle en arabe. Le plus petit, Malik (1), 1,50 mètre sous la toise, se retourne illico, prêt à en découdre. Une main se pose sur son épaule et l'invite à poursuivre son chemin. Fin de l'altercation. «Voilà, c'est emblématique de ces gosses. Normalement, tu ne touches pas aux mamans. Pas eux. Ils n'ont aucune limite.» Chansia Euphrosine est directrice du pôle La Clairière du Casp (Centre d'action sociale protestant)...

LIRE LA SUITE - http://liberation.fr