Revue de presse web

Mercredi 1 MAI 2019

El Otmani: Près de 5 millions d’enfants bénéficiaires du RAMED en 2018


Le nombre d’enfants bénéficiant du Régime d’assistance médicale (RAMED) est passé de 3,9 millions en 2016 à 4,9 millions en 2018, a indiqué, mardi à Rabat, le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani.


Dans une allocation en ouverture des travaux de la Commission ministérielle chargée du suivi et de la mise en œuvre des politiques et plans d’action nationaux en matière de promotion et de protection de l’enfance, El Otmani a fait savoir que 21.830 femmes divorcées ont bénéficié jusqu’à fin 2018, pour un cou total de 74.220 millions de dirhams, notant que le nombre d’enfants en situation de handicap bénéficiant du programme de soutien à la scolarité a augmenté de 139% entre 2015 et 2018.
Concernant le soutien accordé aux veuves en situation de précarité ayant à charge...

LIRE LA SUITE - www.fr.hespress.com

Dimanche 28 AVRIL 2019

Enfants abandonnés : un cadre juridique pour les familles d’accueil

AU MOINS 39 ENFANTS SONT ABANDONNÉS CHAQUE JOUR DANS LE PAYS. UNE PROPOSITION DE LOI RELATIVE À LA RÉGLEMENTATION DE LA FAMILLE D’ACCUEIL SERA DÉPOSÉE PAR UN COLLECTIF D’ASSOCIATIONS. UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION EST LANCÉE POUR SOUTENIR CE TEXTE ET EXPLIQUER SON IMPORTANCE DANS LA PROTECTION DES ENFANTS EN DIFFICULTÉ. DES ASSOCIATIONS ONT DÉJÀ PRIS LES DEVANTS : SOS VILLAGES D’ENFANTS RACONTE SON EXPÉRIENCE…


Le Collectif Familles d’Accueil entend déposer sa proposition de loi pour un cadre juridique des familles d’accueil au cours de la session parlementaire d’octobre prochain. «Nous pensons qu’à la fin 2019, le cadre juridique devrait être prêt et validé et le schéma devrait être opérationnel en 2021», explique Béatrice Beloubad, directrice nationale de SOS Villages d’Enfants. Le Collectif composé de cinq associations (Bayti, Fondation Amane de Taroudant, l’association Anir, la Ligue marocaine de la protection de l’enfance de Taroudant et SOS Villages d’Enfants) porte, depuis 2014, le projet d’un plaidoyer pour revendiquer un statut juridique pour la famille d’accueil.

LIRE LA SUITE - www.lavieeco.com

Mercredi 24 AVRIL 2019

Kafala : Mohamed Aujar veut renforcer la procédure pour les étrangers

Alors que les procédures pour la prise en charge des enfants abandonnés sont longues au Maroc, le ministre de la Justice, Mohamed Aujar, veut renforcer les outils de contrôle sur les étrangers désireux de devenir des garants.

Le ministre de la Justice, Mohamed Aujar, travaille sur l’élaboration d’un projet de loi visant à renforcer les investigations et le contrôle des étrangers souhaitant prendre en charge un enfant marocain abandonné, afin de s’assurer que les concernés obéissent aux exigences définies par son département. En réponse à une question orale à la Chambre des conseillers lors de la séance de mercredi, le ministre a insisté ainsi sur la prise en charge dans un environnement musulman, pour éviter tout «conflit sociétal lié à l’éloignement»,...

LIRE LA SUITE - www.yabiladi.com

Mercredi 24 AVRIL 2019

Espagne : Le gouvernement lance l'opération de rapatriement des mineurs marocains

 

Les gouvernements espagnol et marocain ont d’ores et déjà amorcé l’opération de retour des mineurs marocains non accompagnés, hébergés dans des centres en Espagne, indique El País.
Une première phase du processus est en cours, avec 23 jeunes accueillis dans des centres de la Communauté de Madrid. Ils ont été convoqués par le bureau du procureur chargé des affaires des mineurs pour se soumettre à une série d’entretiens menés par une délégation marocaine.

LIRE LA SUITE - www.yabiladi.com

Vendredi 29 MARS 2019

Des experts marocains et étrangers débattent à Rabat des mesures alternatives à l’emprisonnement des mineurs

Lors d’une journée de sensibilisation organisée sur le thème «Changement des mesures au profit des enfants des centres et établissements de placement : un dispositif juridique au service de la réinsertion», par la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, l’accent a été mis sur la nécessité de privilégier les mesures alternatives à la privation de liberté, compte tenu de l’intérêt supérieur de l’enfant et de l’objectif du législateur marocain visant à créer un système de justice en faveur des mineurs à même de favoriser leur réhabilitation et leur réinsertion sociale.

LIRE LA SUITE - www.lematin.ma